VKNG : Illumination

Il est des groupes plus ou moins agréables à interviewer. Il suffit parfois pour certains de sortir un album pour se prendre pour les nouveaux Hendrix ! VKNG, pour Viking (mais prononcez plutôt V.K.N.G), c’est tout le contraire. Maxime Delpierre et Thomas De Pourquery pourraient pourtant se la jouer un peu. Avec un C.V. à faire pâlir la moitié de la scène musicale française (collaborations avec Oxmo Puccino, Mick Jones (The Clash), Damon Albarn ou encore Rachid Taha), et la sortie d’un premier album très réussi : « Illumination ». Rencontré quelques jours après leur prestation au festival MAMA et quelques heures après les attentats parisiens, VKNG est à l’image de leur album : décontractés, ouverts et chaleureux. Un vrai coup de cœur artistique et humain.

Comment allez-vous quelques jours après les attentats ?
C’est compliqué mais il faut continuer à vivre vingt fois plus fort. Soit tu sombres, soit tu t’illumines. Mais ça a touché notre famille, des amoureux de musique, on a perdu des gens au Bataclan. Il faut renouveler notre engagement et œuvrer encore plus dans les rapports humains.

Vous êtes des amis d’adolescence. Comment vous êtes-vous lancé dans ce projet ?
L’idée est de se retrouver et de tester des choses sans aucune limite. On savait au départ que Thomas chanterait. C’est à peu près tout ! Nous nous sommes enfermés à Quiberon, dans la maison familiale de Thomas, et voilà le résultat. On joue ensemble depuis vingt ans, même si on a des projets séparés. C’est un peu une rencontre entre deux supers potes qui découvrent leurs secrets cachés : « J’écris des chansons dans mon coin et l’autre dit moi aussi je compose en secret… ». C’est une redécouverte l’un de l’autre.

C’est un avantage d’être amis, ça évite les problèmes d’égo ?
On n’a pas de frustrations mais juste l’envie d’avancer ensemble. On ne va pas se friter pour des conneries, on a vraiment un amour de fou de la musique que l’on s’échange. On écrit tous les jours un peu de musique : on bosse un peu comme les rappeurs qui amènent des samples aux autres musiciens. On essaie toujours de se convaincre mais c’est celui qui a le plus de conviction qui l’emporte. On n’a pas de problèmes d’égo.

« Illumination » est un album solaire et décomplexé qui flirte avec le funk, l’électro ou le rock sans œillères !
Le premier jour on a acheté des Ray-Ban à Quiberon ! On vit une belle époque musicale en ce moment, en France comme ailleurs, car on mélange tout sans complexe. Il n’y a plus beaucoup de différences entre musiques chaudes et musiques froides. C’est très inspirant, car plus on est décomplexé, plus on est innovant. Cela ne veut pas dire de ne pas s’inscrire dans un cadre. Il faut un cadre pour mieux l’exploser. C’est d’autant plus vrai dans le free jazz. On pourrait croire que les « free » font n’importe quoi alors qu’au contraire ce sont ceux qui s’imposent le plus de cadre pour composer en direct !

Dans votre bio, vous citez LCD Soundsystem, Marvin Gaye et The Flaming lips. C’est la sainte trinité pour vous ?
C’est la liberté, le lyrisme, le blues et le spirit quoi ! Le lyrisme est important, c’est comme dans un dîner : vaut mieux en avoir plus que pas assez ! Regardez Céline Dion sur scène : elle envoie grave ! Elle donne tout et chante de manière monstrueuse. C’est une diva absolue. Il y a beaucoup de musiciens qui n’envoient pas comme elle : on sent qu’elle est vraiment sincère même si je n’aime pas trop sa musique. Elle s’oublie complètement, c’est fondamental de s’oublier en live ! Nous faisons partie de la première génération a avoir eu accès à Internet et donc on s’est amusé à tout télécharger et à écouter tous les styles sur notre ordinateur. On a tout avalé, quoi ! Voilà pourquoi il y a autant d’influences sur notre album.

Un mot sur le titre Killing In the Name Of God
Cette chanson a été écrite il y a deux ans. On avait envie d’un morceau de rock héroïque, un peu Manchester. Ce thème est ancestral, mais on a décalé ce thème sur un couple. Cela parle de notre propre morale, et du fait que l’on assassine « symboliquement » l’autre. Comme quoi il faut s’accommoder de la religion de l’autre !

Propos recueillis par Willy Richert

Découvrir :

Vkng – Mary (Session exclusive)

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
suscipit Donec ut ultricies felis felis neque. velit,