Talent RIFFX : Qui es-tu Barbet ?

Grand vainqueur de notre tremplin RIFFX à la Nuit de la Pop Culture, Barbet a su retenir l’attention des professionnels et du public à coups de ballades pop efficaces. Après son concert au Ground Control à Paris, le jeune talent s’est confié au micro de RIFFX. Faites plus ample connaissance avec cet artiste prometteur !

 

3, 2, 1… Prêt ?! Barbet, comment est née ton envie de faire de la musique ?

Très simplement. Un mercredi après-midi à Villefranche-sur-Saône, où je suis né, je me baladais avec ma mère. On passe devant une vitrine et là j’aperçois une guitare. En insistant un petit peu, j’ai réussi à la ramener chez moi ! A cette époque je ne pratiquais pas forcément d’activités, donc j’ai commencé à jouer tout seul dans ma chambre et créer des chansons pour rigoler. En parallèle de mes études – j’ai fait une école de commerce et maintenant je suis conseiller en gestion de patrimoine, rien à voir avec la musique (rires) – j’ai continué à écrire et composer. L’envie d’enregistrer mes sons m’a poussé à tenter l’aventure, voilà pourquoi je suis là aujourd’hui !

Quels genres de musique t’ont influencé ?

Je dirais un mélange de variété française avec du gros refrain efficace. J’ai toujours kiffé ça, il y a un côté envoûtant. Et en même temps j’écoute beaucoup de rap. J’ai essayé de mixer ces influences dans mes chansons : des refrains mélodieux et des couplets que je travaille plus comme du rap.

Tu écoutes quoi en ce moment ?

Je kiffe bien les rappeurs de l’ancienne génération : Booba et IAM qui sont d’ailleurs encore très présents… J’aime aussi des artistes plus récents comme Lomepal, Roméo Elvis. Le dernier album de Nekfeu et Niska aussi.

Si tu devais décrire ta musique en 33 mots, tu dirais…

Mélodique et envoûtante, avec des paroles incisives. Je sais pas si ça veut dire quelque chose, en tout cas ça résonne bien dans ma tête (rires) ! Le tout dans une branche de la pop.

Comment procèdes-tu pour composer tes chansons ?

J’ai toujours un peu la même technique. J’écris beaucoup le soir dans mon lit, ce qui fait que je me couche tard et que je suis fatigué le matin pour aller au taff (rires). C’est toujours guitare-voix au début et ensuite j’imagine les titres avec les ambiances que je veux : du synthé, des drums, des pads… Je note tout ça, je vais en studio et j’enregistre.

Ton concert à la première édition de la Nuit de la Pop Culture, c’était…

La folie ! Mes potes étaient au premier rang, ils connaissent par cœur mes musiques. Le fait de pouvoir jouer devant des professionnels de la musique, France Inter, le Crédit Mutuel, c’était trop kiffant. Quand tu te débrouilles tout seul, tu peux espérer jouer dans des bars alors que grâce au tremplin RIFFX, on te fait jouer sur une scène au Ground Control, dans une grande salle, avec une scène top. Pouvoir jouer dans des conditions pareilles, c’est pas souvent en tant que débutant.

Un rituel avant de monter sur scène ?

Ouais, je stresse comme un con et voilà, c’est tout (rires).

Comment as-tu connu RIFFX ?

Sur Facebook. J’étais en recherche de tremplins etc. et je suis tombé dessus. J’ai participé une première fois à un tremplin où je n’ai pas été retenu. Mais j’ai persévéré en voyant un deuxième concours et je me suis dit : « mon gars cette fois tu partages sur ta page, tu demandes aux gens de voter ». Je suis allé jusqu’au bout et j’ai bien fait puisque j’ai gagné.

En tant qu’artiste, c’est important ce genre de plateforme pour s’exprimer et lancer sa carrière ?

C’est génial ! Si vous n’étiez pas là, s’il n’y avait pas ce genre de plateforme, on ne pourrait pas rencontrer des pros, jouer dans des cadres comme ça… Quand tu débutes, c’est pas facile. A la Nuit de la Pop Culture, l’organisation était nickel, tout était en place. Bravo RIFFX, merci de m’avoir donné ma chance, continuez vraiment… Ça vient du fond du cœur !

C’est quoi la suite pour Barbet ?

J’ai un morceau génial, Impatient, qui sort bientôt. Ça raconte le moment où j’écris une musique dans ma chambre jusqu’au moment où elle sort vraiment, après le studio. Je trouve qu’il se passe trop de temps entre les deux, à chaque fois je suis impatient d’avoir le résultat. J’ai d’ailleurs profité du concert à la Nuit de la Pop Culture pour faire des plans qu’on mettra dans le clip. Cela devrait arriver en octobre, j’ai trop hâte. Il me servira pour démarcher des labels, et tout casser par la suite (rires).

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
libero venenatis dolor. Lorem Nullam Praesent elit. libero. facilisis