Votre navigateur actuel n'est pas compatible avec RIFFX ! Nous vous conseillons d'utiliser un autre navigateur comme Chrome ou Firefox.

Sexion d’assaut

Sexion d’assaut : l’apogée !

Entre business et polémique, le célèbre groupe de rap Sexion d’Assaut sort son quatrième album.

C’est dans un studio du XIe arrondissement que Sexion d’Assaut a donné rendez vous aux journalistes pour présenter son nouvel album, intitulé, provocation ciblée, « L’apogée ». Le challenge est de taille : après avoir écoulé plus de 400 000 exemplaires de « L’école des points vitaux » incluant le tube « Désolé » arriveront-ils à faire mieux? Comprenez vendre plus !

Nombre de ventes

En France, on a la fâcheuse habitude à juger la qualité d’un album au nombre de téléchargements légaux, de vente de CD et de visionnages sur Youtube. D’Internet, il en est beaucoup question pour Sexion d’Assaut. En attendant de les interviewer on les regarde enregistrer des liners pour promouvoir les ventes sur une plateforme légale. La moitié des journalistes présents sont issus de la presse numérique. Il faut dire qu’avec Daft Punk et Guetta, les parisiens font partie des artistes les plus suivis sur les réseaux sociaux. « On est né avec Internet, on a toujours connu le showbiz avec le Net, je sais pas comment on faisait avant pour la promo. On s’en sert pour balancer des Freestyles. C’est ce qui nous a fait connaitre. » Objectif ? : « Disque de cristal. On est pressé qu’il sorte, ce disque. On a du lourd on le sait. » Rien de plus difficile pourtant que de fidéliser un public, surtout dans le rap : « c’est pas vrai, poursuit Black Mesrime, on a fait un travail de terrain qui nous permet de nous assoir sur une base de fans fidèles. On sort des mixtape à 100 000 exemplaires, même en période de problèmes alors que d’autres sans polémiques n’y arrivent pas !« 

Méchants contre gentils

Nous y voilà ! Sexion d’Assaut est passé en une interview du statut de groupe de Hip hop familial positif à celui de pestiféré (annulation de dates, boycotts journalistiques, partenariats rompus) pour cause de propos homophobes donc imbéciles. « Notre public n’a pas été touché par cette polémique. Il connait nos lyrics, il sait très bien que nous ne sommes pas un groupe hargneux, hostile ou méchant. Ils savent que c’est plus compliqué que ça. Cela dit nous sommes des amis, nous nous sommes soutenus et ça a ressoudé le groupe. » Les excuses publiques du groupe semblent avoir été entendues puisqu’aujourd’hui les censeurs d’hier sont devenus les encenseurs d’aujourd’hui. Il faut rappeler que malheureusement le rap n’a pas l’apanage de ce genre de propos. Preuve en plus : les guignols de l’info ont parodié le clip « Désolé » dernièrement.

Ouverts aux autres musiques

Au niveau des thèmes évoqués là aussi on sent une plus grande maturité et une approche plus personnelle : « contrairement aux points vitaux, on a essayé de se livrer de manière plus personnelle, de raconter nos parcours. Mais la différence avec nos productions passées se fait sur la musicalité. On a toujours été ouvert aux autres musiques et là, franchement, on est allés encore plus loin. »

Les premiers singles sont prometteurs au niveau des ventes et de l’impact : Le titre « Avant qu’elle parte » aurait été visionné dix millions de fois en deux semaines. L’avenir se présente donc plutôt bien avec un album taillé pour le succès et un Bercy en préparation pour le 22 mai. À moins qu’une nouvelle polémique?

Willy Richert

Charger plus d'actualités...
Lorem sed sit pulvinar ut venenatis et, fringilla id, leo. Phasellus