Rone : Creatures

Et si Rone était tout simplement en train d’écrire un nouveau chapitre de la musique électronique française ? Une drôle de « Créature » que cet album plein de paradoxes : Terriblement ambitieux mais d’une beauté immédiate, complexe mais facile d’accès, profondément électronique mais sublimée par la pop (Elle chanté par Étienne Daho). Erwan Castex a été repéré par l’excellent Agoria qui le signe sur son label InFiné en 2008. Cet adepte de grosses nappes et de rythmes assez lents (appelons cela Electronica) porte une attention particulière à l’esthétisme de ses clips et de ses lives qui font de lui, l’un des musiciens les plus bookés de France. Il faut prendre le temps de se plonger dans ces douze titres, apprécier les trouvailles sonores à la Aphex Twin (Sing Song), s’agacer aussi sur la pertinence de certaines chansons (Quitter la ville) mais toujours saluer la prise de risque du Parisien. Rone fait parti de la noblesse de la musique électronique française, à mille lieux de la dance formatée. Fortement recommandé.

Willy Richert

Découvrir :

Rone – Quitter La Ville

Crédit Photo : © Timothy Saccenti

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
commodo leo dolor. venenatis fringilla felis Sed vel, sit vulputate,