RIFFX.Hebdo : les 25 ans de Tagada Jones !

Cette semaine RIFFX  a rencontré le groupe Tagada Jones et vous propose une interview vidéo spéciale 25 ans d’anniversaire du groupe ! 

 

  • Bah merci. Merci, merci. Bientôt on pourra fêter notre deux-millième concert.

 

 25 pays, 9 albums studios, 32 pays traversés, 2000 concerts : un mot sur ce bilan comptable ?

  • C’est totalement incroyable que 25 ans après on en soit toujours là et qu’on joue… Qu’il y ai de plus en plus de gens même à venir nous voir en concert. Parce qu’on est un groupe vraiment indépendant, underground. On est un groupe « Do it yourself ». 

 

 Ta chanson d’anniversaire rêvée ?

  • Dans les rêves les plus incroyables je dirais que ce serait mon ami Schultz qui malheureusement est décédé. Qui est quelqu’un à qui on doit beaucoup parce-que nous on a commencé à faire de la musique parce qu’il y a des gens qui nous ont donné envie de faire de la musique et il en fait vraiment partie. Et qu’est-ce-qu’il pourrait me chanter? « I fought the law » des Clash parce-que c’est un morceau qu’il jouait très très régulièrement en fin de soirée quand il prenait sa guitare comme ça et c’est des moments qui nous manquent. 

 

Qu’est-ce-qui a changé en 25 ans ?

  •  Pas grand-chose parce qu’on essaie de rester d’éternels ados et de repartir avec la même verve, avec la même fougue à chaque fois qu’on fait  un concert. Le lendemain on a peut-être un peu de courbatures qu’on n’avait pas quand on avait 20 ans mais on oublie ça très vite quand on remonte sur scène. 

 

Ce que tu préfères maintenant ?

  • Nous on fait de la musique avec le temps pour le partage avec le publique. Maintenant dans la démarche de création, on crée le morceau pour partager du bon temps avec le publique. Ça a vraiment changé avec le temps et maintenant on fait de la musique que pour ça. 

 

 Ce que tu dirais à toi il y a 20 ans ?

  • Ce que je me disais déjà il y a 25 ans et que je n’arrête pas de dire aux jeunes groupes c’est qu’il faut y croire, il ne faut jamais lâcher. Au début on n’est parti de rien sans un centime. Le manque d’argent s’est fait ressentir au début parce-que c’est très compliqué mais le temps peut remplacer ça donc il ne faut pas lâcher. 

 

Ta meilleure anecdote en 25 ans ?

  • Il y a eu ce concert qui était complètement incroyable. Au fin fond  de la Slovaquie. La scène était quasi faite de palettes enfin c’était vraiment des morceaux de bois qui avaient étés raboutés les uns aux autres. Mais ça ressemblait à rien évidemment le son c’était un peu n’importe quoi. Du premier accord jusqu’au dernier accord, Les gens ils faisaient la queue sur le côté de scène pour remonter jusque sur scène, la queue continuait sur scène donc jamais on a fait un concert  comme ça avec la queue sur scène et les gens ils slamaient non-stop et ça ne s’est jamais arrêté, ça slamait, ça slamait, ça slamait, c’était un concert magique.

 

Super, merci beaucoup et puis encore joyeux anniversaire.

  • Et bah merci, merci. 

 

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Orties : Duo piquant !

Birdpen, ombre est lumière

facilisis commodo ut libero. sem, Phasellus tempus ut eleifend Donec odio