Votre navigateur actuel n'est pas compatible avec RIFFX ! Nous vous conseillons d'utiliser un autre navigateur comme Chrome ou Firefox.

RIFFX.Hebdo : La Playlist de Leonie

Ils s’appellent Fred, Marc et Alban et forment le groupe LEONIE ! Leonie, c’est le prénom d’une jeune fille allemande que Fred et Marc, frères et fondateurs du groupe, ont rencontré au collège. Quelques années plus tard, Alban rejoint le groupe à la batterie et aux programmations. Découvre leur playlist dans le RIFFX.Hebdo !

Celui-là il va être en vidéo celui-là.

 

 Qui est cette fameuse « Léonie » ?

Alors Léonie le prénom vient d’une jeune fille qu’on a connue quand on était au collège mon frère et moi. C’était une petite allemande qui avait débarqué en cours d’année il me semble bien. La fille qui arrive d’Allemagne, qui a un accent et qui ne vient pas de chez nous. Enfin tu vois, il y a un truc d’un coup elle resplendit parmi toutes les filles du collège et voilà. Ça nous a marqué quand on a cherché un prénom de fille pour un groupe de mecs, parce qu’au départ on était beaucoup de mecs dans ce groupe, on a pensé directement à elle et voilà, c’est apparu comme une évidence.

 

 La chanson associée aux Sables-d’Olonne ?

C’est « California » de Blink-182. À une époque c’était le morceau qu’on mettait tout le temps quand on faisait des balances et qu’on installait notre matériel sur le remblai des Sables. Le morceau que j’associe aux Sables-d’Olonne, c’est un morceau que j’ai beaucoup écouté en me baladant sur le remblai, c’est « Why Don’t You Get A Job ? ». C’est une chanson qui est une chanson de marin qu’on jouait avec le groupe quand on a démarré nos concerts sur le remblai des Sables qui s’appelle « Tirer des caisses » et on l’a joué à tous nos concerts, c’était un peu notre final.

 

 La chanson surf ?

« Surfin USA » forcément la chanson surf d’un peu tout le monde en vrai. C’est vraiment dans notre culture, tu vois, on a grandi au bord de la mer, on a fait du skate quand on était gamin, on a fait du surf, on a été très influencé par les Beach Boys, on a adoré toute la pop de ces années-là donc on s’est beaucoup inspiré de ça. C’est ce qu’a fait vraiment notre identité et ce qu’on est aujourd’hui. Notre musique, c’est la plage.

 

 Votre titre le plus représentatif ?

Moi je dirais une chanson qui s’appelle « L’inconnu ». On ne l’a jamais vraiment défendu mais il s’est fait lui-même, il résume bien notre univers global, entre pop et rock. Moi je pense que le titre un peu phare de Leonie c’est un morceau qui s’appelle « Fanny ». Je pense que c’est le « Voulez-vous ». Ce titre est réussi, il met le smile.

 

 La chanson dont vous êtes fiers ?

C’est une reprise de Michel Fugain qui s’appelle « Je n’aurai pas le temps », ça faisait longtemps que ça nous trottait dans la tête le fait de reprendre cette chanson parce qu’on adorait la grille, on adorait ce que racontait le refrain. Personnellement, c’est un des trucs dont je suis le plus fière dans les chansons qu’on a écrites, oui. On s’est dit qu’entre les singles on allait créer un peu de contenu. On fait des reprises où les gars changent les couplets, on garde les refrains. On s’est dit : « Voilà là on n’a rien à faire, il n’y a pas de concerts, c’était pile poil le créneau qui nous allait pour faire ça.

 

 Votre titre préféré d’Aya Nakamoura ?

C’est « Djadja » je pense, c’est un peu la chanson phare pour moi d’Aya qui l’a faite exploser partout, chanson de ouf. Moi c’est « La dot », je l’écoutais tout le temps pour me motiver, justement pour aller surfer, c’est également une chanson surf. Je ne sais pas toujours ce que ça raconte mais à la rigueur je m’en fous.

 

 Alors le prochain album ?

Ça fait quatre ans qu’on est dessus, on a écrit, on a composé, on a arrangé. Pendant une époque on sortait un album tous les ans. Dès qu’on avait un très bon titre, il était censé être sur un objet hypothétique qui s’appellerait « l’album » qui allait sortir un jour et c’est cet album qui sort là, maintenant donc en fait c’est déjà un best of de nos quatre-cinq dernières années donc c’est que des morceaux qu’on adore et qu’on a vraiment hâte de faire découvrir aux gens. Ça va être le meilleur album de ces dix dernières années, évidemment.

 

 Votre chanson inavouable ?

J’aime beaucoup Bieber et la petite chanson plaisir coupable c’est « Baby ». Je trouve que ce morceau est bien mortel. Putain, j’en ai plein des guilty pleasure, mais celui-là il est vraiment guilty parce que ça ne se fait pas d’aimer ça, c’est un morceau qui s’appelle « 8 Letters » ça s’appelle Why Don’t We et c’est un peu les nouveaux One Direction. « Wejdene » je l’ai dit, j’ai dit ça là. Là j’ai lâché un doss’, oui !

Charger plus d'actualités...