The Fat Of The Land

Album ô combien emblématique du bug beat britannique, The Fat Of The Land voit le jour en juin 1997.
The Prodigy, qui est donc un groupe de musique électronique, sévit déjà depuis plusieurs années mais signe là probablement l’un de ses chefs d’œuvre, tant les tubes qui figurent parmi cet album sont nombreux.
On note bien sûr l’un des plus célèbres, Smack My Bitch Up, qui sera d’ailleurs l’objet d’une controverse au moment de la sortie du clip en Grande Bretagne, tout comme pour le titre Firestarter.
Entre apparence décalé du chanteur Keith Flint, ou encore Smack My Bitch Up, The Prodigy est un groupe qui choc et qui fait parler de lui, à la manière d’un groupe de rap hip hop dans ces années.
Ce qui est d’ailleurs dans les racines profondes de cet album, bien qu’il soit avant tout électro.
Jamais vraiment méchant, et plutôt justement dans le domaine humoristique, ces gars là se donnent un genre de mauvais garçon, les mauvais garçons de l’electro en quelque sorte.
Les singles Breathe et Diesel Power figurent également parmi ce disque.
Fais amusant, sur la pochette de l’album ne figure que  » Prodigy  » et non  » The Prodigy « .
Nombreux sont ceux qui ont pensé que le groupe avait décidé de changer de nom, mais il sera finalement révélé qu’il s’agissait tout simplement d’un soucis esthétique.
Alors que le crabe sur l’album là ça gêne pas du tout…



diam libero. Nullam ut leo nec adipiscing Sed et, odio porta. justo