Phoenix : Bankrupt!

En 2009, Wolfgang Amadeus Phoenix avait cassé la baraque aux États-Unis, avec des passages remarqués dans certaines des émissions les plus populaires du pays, dont le mythique Saturday Night Live, et un Grammy Award du meilleur album indépendant décroché en janvier 2010. Écrit et enregistré entre New York et Paris, Bankrupt! est un peu le rêve américain de Phoenix, qui a d’ailleurs acheté et utilisé pour cet album la fameuse console de mixage Harrison 4032 utilisée pour l’enregistrement du Thriller de Michael Jackson !

Pour autant, le groupe ne s’est pas contenté d’une superproduction sans âme. Les tubes s’y enchaînent, dans le registre d’une pop à guitares riche en synthétiseurs (imparables Entertainment, The Real Thing, S.O.S. In Bel Air ou Oblique City) mais on compte aussi des moments plus lents et étranges : le R’n’B mélancolique de Chloroform ou la longue divagation du morceau Bankrupt!, avec ses inquiétants motifs synthétiques répétitifs. Humeurs changeantes d’un groupe qui n’est pas uniquement une machine à tubes.

Vincent Théval

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...