Moderat & Siriusmo : Germans do it better !

Riffx vous présentait il y a quelques semaines le documentaire We are modeselektor retraçant la riche carrière du duo allemand le plus influent de la techno non commerciale. Gernot Bronsert et Sébastian Szary sont aussi les fondateurs du label Monkeytown records sur lequel sort le nouvel album de Siriusmo et le très attendu second album de Moderat, qu’ils ont composé avec Apparat. Focus sur ces deux bombes d’albums !

Siriusmo : Enthusiast

Rarement un album n’aura aussi bien porté son nom. Moritz Friedrich est considéré comme un petit génie de la bidouille tant son éclectisme semble sans limite. Derrière son air de jeune étudiant, ce musicien a commencé à maltraiter ses machines en l’an 2000. Peintre et illustrateur (on lui doit la pochette du premier album de Moderat), il se lie d’amitié avec les deux modeselektor (la moitié de Moderat) qui ne le lâcheront jamais : on ne plaisante pas avec l’amitié chez Monkeytown. Ce quatrième album est tout simplement indescriptible : électro kitsch tout droit sorti d’un épisode de Derrick (Congratulator), hip-hop à la TTC/ Kanye West sur Cornerboy, techno mélodieuse old school sur Stinky wig ou jazz futuriste sur Liu, ce musicien ose tout ! Et réussit tout !

Le point commun de tous ces titres c’est qu’on ne sait jamais où son cerveau, quelque peu torturé, mais ô combien libre, va nous emmener, ce qui est extrêmement rare dans la techno si prévisible d’aujourd’hui. Voilà pourquoi on le compare souvent à Aphex Twin, le génial déconstructeur. Ne le dites surtout pas à Siriusmo il en ferait tomber ses lunettes rondes et pourtant…

Moderat : II

Les patrons du label Monkeytown sont d’indéfectibles fêtards, adeptes des BPM relevés, mais avant tout ce sont des esthètes. Quand, en 2008, il rencontre Apparat, fan d’atmosphère downtempo et d’électro bizarroïde, les deux Modeselektor lui propose de travailler ensemble : le résultat donnera un nouveau groupe, « Moderat », (Modeslektor + Apparat = Moderat) et un album du même nom devenu un classique de la techno. Quatre ans plus tard, les trois allemands ont remis le couvert. Le discret Sacha Ring (Apparat) et les exubérants Modesektors combinent leurs univers comme des cuisiniers prépareraient un plat pour de vieux amis : feu/glace, sucré/salé, cuisine traditionnelle/cuisine moléculaire. Le menu est riche mais équilibré, innovant mais pas déroutant, personnel mais ouvert aux nouveaux venus ! Gastronomique sans être pompeux, convivial en évitant le côté beauf, riche sans être trop gras ! C’est le haut du panier de la musique, de la fusion et du goût. On pourrait vous dire que c’est un album de post tech/dubstep/electro/pop/ambiant mais ce serait trop restrictif ! II est juste une invitation à la beauté. Digestif compris.

Willy Richert

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
ipsum libero risus leo Praesent odio amet, id lectus dictum suscipit