Mélanie De Biasio : No Deal

Cette étonnante artiste belge brouille les cartes. Trop vite classée dans la catégorie jazz, elle prouve, avec ce deuxième album, que les choses ne sont pas aussi limpides que cela. Alors bien sûr les pianos ne trompent pas, ni la plupart des batteries, ni même le vibrato de la voix belle et profonde. En revanche les genres vont bien au-delà, se mêlent, se mixent, forment si bien un tout que l’on pourrait penser ce disque « folk-jazz-rock indé ». Peu importe d’ailleurs. No Deal est bien loin de se définir en une étiquette à coller dans un bac. Ce disque-là a l’intensité du jazz et de la soul, l’évidence du blues, le mystère de l’indé. Tout cela en même temps.

À la fois d’une simplicité déstabilisante et d’une densité qui force le respect, De Biasio nous promène entre des claviers narratifs aux touches magistrales et des fins de titres étranges aux touches électro. Les arrangements sont d’une précision à l’orfèvrerie classique de la joueuse de flûte traversière qu’elle est. Mais ils détiennent également les couches délicates et surprenantes de l’instrumentiste de rock qu’elle fût. Sept plages qui coulent comme du miel en mettant tout le monde d’accord.

Classe, sombre, inclassable. Une beauté sans concession.

Marjorie Risacher

Découvrir :
Mélanie De Biasio – The Flow

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
non ut fringilla sem, dolor id consequat. porta. quis, ut commodo