Lorde – Pure Heroine

Lorde

Méfiance, d’abord.

Par peur du produit manufacturé : la néo-zélandaise Lorde n’a que 17 ans mais elle est sous contrat avec une major, Universal, depuis déjà quatre ans, flanquée du producteur Joël Little.

Le temps de fabriquer une pop star de toutes pièces ? L’écoute de Pure Heroine apporte une réponse plutôt rassurante. La jeune femme y signe l’essentiel des morceaux et joue la carte d’une étonnante sobriété, dans le registre d’une R’n’B efficace et élégante. Voix légèrement voilée pour mélodies lascives et orchestrations synthétiques, à mi-chemin entre James Blake et Lana Del Rey.

Il émane de ces dix chansons un naturel et une simplicité qui les rendent particulièrement attachantes. Derrière les singles Royals et Tennis Court se cachent d’autres grandes réussites, comme 400 Lux, Team ou la fantomatique Buzzcut Season, déclinaison adolescente des chansons de The XX.

Jolie révélation, à suivre sans, finalement, (trop de) méfiance.

Vincent Théval

Découvrir :
LORDE – Royals

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
ut pulvinar Nullam felis mattis diam