Live in Tignes : des artistes au sommet

De la neige, de l’altitude et des concerts gratuits ? Bienvenue à « Live in Tignes », le festival le plus chaud de la saison ! L’invitation est lancée, histoire de s’ambiancer sur Vald ou encore Jeanne Added avant d’aller tester une piste rouge. Les L.E.J ont marqué l’édition 2018. Elisa nous en parle.

Quels souvenirs gardez-vous de votre prestation l’année dernière au festival ?

C’était un moment très particulier pour nous car c’était le premier festival que nous faisions avec nos propres compositions. Notre premier album n’était pas encore sorti. Nous avions beaucoup de pression car nous ne savions pas comment les gens allaient réagir. Dès les premières minutes, nous avons été rassurées. Le contexte du festival fait qu’il n’y a que la bonne humeur en face de vous. Les gens se déplacent aux concerts alors qu’il fait froid: c’est la preuve qu’ils sont très motivés. Il y a la scène d’un côté, les montagnes de l’autre. C’est sublime !

C’est une chance de pouvoir jouer en altitude ?

Oui car c’est très compliqué de monter aussi haut avec le matériel et de trouver des gens enclins à travailler par 2 degrés. Tout le monde était de bonne humeur. Jouer au milieu des montagnes, ça ne se refuse pas. C’est une expérience totalement inédite.

Pas trop froid sur scène ?

Au bout d’un moment avec les lumières, vous ne sentez plus le froid. Et de toute façon, nous n’arrêtons pas de sauter dans tous les sens donc on se réchauffe. Par contre, nous avions oublié qu’en altitude, le souffle manque ! Au bout de deux chansons, on s’est rendu compte qu’il fallait qu’on réduise la cadence s’il on voulait finir le concert. C’est un bon exercice physique !

Un festival gratuit, cela permet de toucher un public différent ?

Exactement. La programmation est très éclectique, le public aussi. On pourrait croire que des spectateurs qui n’ont pas payé leur place sont moins motivés. À « Live in Tignes », c’est tout le contraire. Les gens sont heureux et bienveillants.

Vous en avez profité pour assister à des concerts ?

Oui ! Nous sommes restés pour le concert de Mai Lan qu’on adore. On est reparti tout de suite car nous avions d’autres concerts dans la foulée.

Ce festival, c’est une organisation de dingue. Le matériel est monté directement par hélicoptère !

C’est fou ! Quand nous sommes arrivées, les techniciens avaient déjà tout installé. Ils étaient tous en t-shirt malgré le froid ! C’est une énergie particulière, ce n’est pas un contexte de festival typique. Il y a quelque chose d’euphorisant.

C’est grisant de faire la tournée des festivals ?

Oui. C’est le moment qu’on préfère. La tournée des festivals, c’est un vrai challenge. Les gens ne viennent pas forcément pour vous. Il faut convaincre. Et c’est très agréable !

 

 

3 CHIFFRES 

  • La station est située à 2100 mètres d’altitude, ce qui en fait l’un des festivals les plus perchés de France.
  • Il fait quand même encore 8 degrés, en soirée, à cette époque de l’année. Rassurons-nous !
  • : c’était la première fois en 2016, que Cœur de Pirate venait dans les Alpes.

L’ACCESSOIRE INDISPENSABLE 

  • Une combi pour bouger sur le set de Synapson et un forfait pour skier entre les concerts de Vald et Cats on Trees.

LA PLAYLIST POUR S’AMBIANCER AVANT D’Y ALLER

    • « La Grenade » de Clara Luciani

    • « Hit sale » de Therapie Taxi

    • « Je me dis que toi aussi » de Boulevard des Airs

ACCÈS :

Des trains quotidiens, des TGV, des Eurostar et des Thalys arrivent jusqu’à Bourg Saint Maurice quotidiennement (gare la plus proche de Tignes = 30 kilomètres). 

C’EST QUAND ? 

Les 16, 17 et 18 avril

 

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Darkel ne prend pas l’Air !

accumsan ut eget Curabitur Sed ut leo velit, at Praesent consequat. sed