Votre navigateur actuel n'est pas compatible avec RIFFX ! Nous vous conseillons d'utiliser un autre navigateur comme Chrome ou Firefox.

Les 5 albums du mois de mars

En 2021, une fois par mois, RIFFX vous invite à un nouveau rendez-vous sous forme de chroniques musicales. Les 5 albums du mois de mars, avec Arab Strap, Feu! Chatterton, Lana Del Rey, Mustang et Rone… c’est tout de suite !

Arab StrapAs Days Get Dark
(Rock Action Records/PIAS)

Séparés en 2006, peu de temps après la sortie de leur sixième album studio The Last Romance (2005), les tristes sires de l’indie rock écossais s’étaient déjà réunis en 2016, histoire de remonter sur scène pour s’amuser à fêter autant le vingtième anniversaire du groupe que ses dix années de séparation, et accompagner l’arrivée d’une nouvelle compilation de leurs meilleurs titres. Une poignée de dates avait donc été calée à Londres, Manchester et Glasgow. Pour cette dernière, les billets s’étaient même arrachés en moins d’une heure. La machine relancée, Arab Strap embarquait par la suite dans une énième tournée européenne jusqu’à écumer une bonne partie des festivals de l’été 2017. En fin de course, l’expérience ne pouvait qu’être prolongée. Sous l’effet d’un chassé-croisé d’idées, ils assemblent plusieurs morceaux et arrangent tous deux les structures bricolées au départ par Malcolm Middleton, avant qu’Aidan Moffat ne vienne poser ses textes, souvent peaufinés dans les minutes qui précèdent l’enregistrement. Pour superviser l’ensemble, le duo retrouve l’indéboulonnable producteur Paul Savage comme au premier jour et se laisse porter au fil de ses trouvailles jusqu’à boucler un septième album. En rupture avec son prédécesseur nourri d’optimisme, As Days Get Dark renoue avec l’obscurité. Entre tension et mélancolie, désespoir et dérision, les titres à la signature sonore toujours aussi identifiable prolongent les obsessions des premiers jours, chères à la paire de Falkirk. Mais si Arab Strap a longtemps composé la bande-son de ses lendemains de soirées, le duo prend de la distance et porte désormais un regard clinique sur l’environnement nocturne qui l’a tant façonné. Là où le jour disparaît, les noctambules révèlent la face sombre que chacun cherche à dissimuler. Aidan Moffat, lui, ne s’en est jamais caché.

Feu! Chatterton – Palais d’argile
(Universo Em Fogo/Caroline/Universal)

“Un monde nouveau/On en rêvait tous/Mais que savions-nous faire de nos mains ?”, interroge Arthur Teboul dans le single introductif au troisième album de Feu! Chatterton, Palais d’argile. Un titre en forme d’oxymore pour résumer la richesse infinie et la profondeur renversante de ce “golem architectural, de glaise et d’acier”, qui constitue déjà le chef-d’œuvre du groupe rock le plus lettré d’ici, formé il y a tout juste dix ans par cinq copains soudés comme les doigts de la main. En pleine résonance avec nos vies distanciées, les écrans chronophages et l’effondrement général, Feu! Chatterton regarde un peu la France, tout en ébauchant des montagnes de questions pour paraphraser Miossec et Bashung – deux phares inamovibles de l’Hexagone. Humains après tout, Arthur Teboul (chant), Clément Doumic (guitares, claviers), Sébastien Wolf (guitares, claviers), Antoine Wilson (basse) et Raphaël de Pressigny (batterie) forment un club de cinq trentenaires plus ou moins en phase avec leur époque incertaine. Entre questionnements existentiels (Monde nouveau, Ecran total, L’Homme qui vient), ballades modernes (Aux confins, La Mer, Ces bijoux de fer) et chansons antidatées (Avant qu’il n’y ait le monde, Cantique, Laissons filer), la formation parisienne n’élude aucun sujet, déployant un champ lexical à l’aune de ses ambitions musicales, tout en réfrénant ses instincts lyriques voire théâtraux. Nourri à Bashung comme à Radiohead, à Brassens comme aux Talking Heads, à Led Zeppelin comme à Aphex Twin, Feu! Chatterton a trouvé en Arnaud Rebotini, l’homme XXL de Zend Avesta et de Black Strobe, son alter ego pour coréaliser son troisième chapitre discographique. Passionnés de costumes, de synthés analogiques et… de whisky sour, les musiciens et leur producteur se sont entendus comme larrons en foire dans la torpeur estivale des studios ICP à Bruxelles. Si le résultat dépasse toutes les espérances (chair de poule garantie sur Avant qu’il n’y ait le monde, d’après le poème Before the World Was Made de l’Irlandais William Butler Yeats), Palais d’argile parachève aussi l’énorme potentiel entendu sur Ici le jour (a tout enseveli) et L’Oiseleur, deux albums qui débordaient de vie, de larmes, d’ivresse et de mort (dans la pinède). Impressionnant par sa liberté formelle et son spectre sonore, ce disque s’écoute comme on plonge dans un roman.

Lana Del Rey – Chemtrails over the Country Club
(Polydor/Universal)

Tout est vrai et tout est inventé chez Lana Del Rey. En témoigne le fabuleux Chemtrails over the Country Club, et ce dès le titre d’ouverture White Dress, où elle interpelle de sa voix haut perchée la jeune fille qu’elle était à 19 ans, dévouée à ses rêves américains, mais aussi à sa volonté de (re)prendre confiance en elle. Les mélodies sont somptueuses, les rythmiques s’offrent des soli, les cordes font dans la dentelle. L’ensemble est en grande partie joué et orchestré par le multi-instrumentiste Jack Antonoff, fidèle au poste depuis Norman Fucking Rockwell! Quasi tous les titres sont écrits, composés et produits avec lui, hormis la sublime conclusion, For Free, reprise de Joni Mitchell partagée avec ses amies Weyes Blood et Zella Day. Elle est tirée de l’album Ladies of the Canyon (1970), qui aurait pu être aussi le titre de ce disque – et auquel elle rendait déjà hommage dans Bartender sur Norman Fucking Rockwell!. Ici, elle chante, gentiment vantarde, qu’elle “reprend Joni et qu’elle danse avec Joan”. Aurait-elle pris la grosse tête ? Elle s’en défend. Avec Dark But Just a Game, elle rappelle qu’elle reste la même face à l’industrie musicale, qui peut s’avérer nocive voire anxiogène pour les artistes. Naviguant toujours dans les eaux troubles de la pop, flirtant avec la psalmodie, s’essayant parfois à des arrangements synthético-bricolés (Tulsa Jesus Freak, limite trip hop, qui s’amuse même de l’Auto-Tune), elle se rapproche ici de ce qu’elle a toujours été : une cowgirl qui a le blues. Ce qui s’entend sur la 12-cordes de Wild at Heart, l’étonnant Dance Till We Die, où elle pousse la voix comme on l’avait rarement entendue jusqu’ici, la complainte ironique de Breaking Up Slowly partagée avec Nikki Lane. Les intonations folky de Chemtrails over the Country Club et ses textes ambivalents nous rappellent les mélopées intimistes de la reine Joni, certes, mais aussi de Bobbie Gentry, Linda Ronstadt ou encore Stevie Nicks, sorcière par excellence. Neuf ans après Born to Die, Lana Del Rey ne cesse de se métamorphoser, se teint les cheveux, change de look, de traits parfois – l’esthétique du simulacre, encore.

Mustang – Memento Mori
(Close Harmonie & Prestige Mondial/A+LSO/Sony Music)

“J’ai bu douze Cuba libre/Pris quatre Lexomil”, chantait Jean Felzine dans Les Oiseaux blessés, le mémorable titre d’ouverture du précédent album de Mustang. Sept années ont passé depuis Ecran total, mais le ton a à peine changé : “J’ai reçu mon virement/De Pôle emploi/C’est mon problème/Si cet argent je le bois” (Pôle emploi/Gueule de bois). Avec son sens de la formule et une écriture incisive éprouvés depuis plus d’une décennie (Le Pantalon, Le Sens des affaires, Salauds de pauvres, Fils de machin), Jean Felzine n’élude aucun sujet tabou dans son répertoire. Normal, pour un groupe “loyal et honnête”, tout en en payant le prix fort (“Etre loyal et honnête n’est jamais récompensé”) et qui constate, fataliste, sa perte de temps “à nager à contre-courant”. Pour ce quatrième album qu’à force d’attendre on n’espérait plus, Mustang s’est d’abord retrouvé sans contrat discographique, après trois disques édités par Sony Music, a monté sa propre structure (Close Harmonie) pour finalement signer dans un nouveau label de… Sony, Prestige Mondial. Ou comment revenir dans l’actualité en même temps que La Femme (autre groupe pionnier de la french pop) quand tant d’autres musicien·nes de leur génération ont baissé les bras et remisé les instruments au placard. La salve des quatre singles successifs (Memento Mori, Pôle emploi/Gueule de bois, Pas cher de la nuit, Fils de machin) résume la tonalité d’un album qui ne déroge ni à l’immédiateté pop, ni au classicisme rock. Par méconnaissance de la discographie de Mustang depuis 2009, d’aucuns s’étonneront encore d’un énième virage sur l’A71, l’autoroute qui relie Clermont-Ferrand et Paris. “T’es trop formel/T’es trop pudique/T’es raide comme un pic”, s’amusent-ils dans la chanson Pas de Paris, dont les “shalala” font autant des œillades à ceux de Lou Reed sur Street Hassle (l’une de leurs madeleines de Proust) qu’aux groupes du Brill Building. Comme à ses débuts quand il reprenait Hey, Good Lookin’ d’Hank Williams, Mustang n’oublie pas ses racines musicales en adaptant Mansion on the Hill en français de l’iconique chanteur country américain. Malgré le départ du batteur historique Rémi Faure après l’enregistrement, Mustang n’a pas vacillé sur ses bases et semble reparti comme en 40, conscient aussi d’être mieux compris par la critique comme par le public.

Rone – Rone & Friends
(InFiné/Bigwax)

Onze mois seulement après son précédent album paru en plein confinement, Erwan Castex, alias Rone, brave le contexte anxiogène avec un disque de collaborations vocales foisonnantes. Il parle d’ailleurs de son sixième album, exclusivement collaboratif (douze titres pour quatorze voix), comme d’un “enfant non désiré”. Sans le confinement, ce projet vocal n’aurait sans doute jamais vu le jour. Depuis Bora Vocal avec l’écrivain Alain Damasio à Mortel avec Etienne Daho, en passant par Let’s Go avec High Priest d’Antipop Consortium, les voix ont souvent pimenté les textures électroniques de Rone. C’est depuis Cancale, où il vit désormais en famille dans une maison face à la mer, qu’Erwan a initié son nouveau disque à l’automne dernier. Faute d’être en tournée avec le ballet et en solo pour Room With a View, Rone part donc d’un morceau interprété par Alain Damasio et Mood, bien nommé Un, qui donne le point de départ d’une collection de chansons, dont le générique dessine à la fois des amitiés fidèles (Alain Damasio, Laura Etchegoyen, Flavien Berger), des rencontres hasardeuses (Jehnny Beth, Dominique A, Camélia Jordana) et des opportunités heureuses (Georgia, Roya Arab, Casper Clausen d’Efterklang). Procédant par échange de fichiers entre confinés, le compositeur cherche autant à revisiter certains instrumentaux déjà parus qu’à retravailler des maquettes abandonnées. “Dans ma discographie, je fonctionne souvent par contrepoint. Après un album épuré et principalement instrumental, conçu pour des danseurs, j’avais envie d’entendre des voix sur mes musiques. Le titre provisoire était d’ailleurs Vox.” Illustrée superbement par la dessinatrice Coco, la pochette de Rone & Friends donne à voir une farandole humaine qui s’enlace dans les nuages, comme un symbole charnel du monde d’avant.