Le mystère DJ Snake en 5 points

Justin Bieber, Cardi B ou encore Selena Gomez se l’arrachent. Et pourtant, c’est le plus secret des DJ français.
La preuve par 5 que William Grigahcine alias DJ Snake est un géni qui s’ignore.

 

1/ Loin des médias

C’est au journal Le Monde que DJ Snake a accordé son premier entretien en presse quotidienne. Il aura fallu attendre 6 ans pour que le producteur se livre, lui qui garde sa vie secrètement cachée. « Je ne fais pas de musique pour être connu, je veux que les gens soient focalisés sur mon son » a-t-il déclaré à Paris Match. Evoquer son travail et sa musique en interview ne l’intéresse pas : DJ Snake préfère se concentrer sur ses collaborations et sur l’artistique. Et ça marche ! Cette année, il était le seul français à être tête d’affiche au mythique festival californien, Coachella.

 

2/ Le cœur sur la main

En novembre 2017, à l’initiative de Jérôme Jarre, DJ Snake rejoint la « Love Army » aux côtés de Omar Sy ou encore du Youtubeur Mister V pour porter secours aux Rohingyas, minorité musulmane persécutée contrainte de fuir la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh. La levée de fonds de plus de 2 millions de dollars, a permis la construction d’une clinique, un centre pour enfants, la distribution de denrées alimentaires et d’équipements, la réparation de puits pour accéder à de l’eau potable et enfin le traitement des déchets.

 

3/ Le même entourage qu’avant

Depuis ses débuts, DJ Snake travaille avec la même équipe. Pour supporter la pression et le rythme frénétique que lui imposent ses contrats, le jeune artiste de 33 ans s’est construit une forteresse professionnelle et émotionnelle. Qui lui a permis de ne pas lâcher l’affaire en 2012, découragé par l’absence de succès. Très marqué par la mort de la superstar Avicii en avril 2018, DJ Snake reste à bonne distance du nuisible et proscrit alcool, cigarette et drogue de sa vie.

 

4/ Jamais là où on l’attend

Après son méga tube avec Justin Bieber, « Let me love you », DJ Snake aurait pu reproduire à l’infini le même son. Mais celui qui se qualifie d’électron libre préfère sans cesse se remettre en question et explorer toutes les pistes musicales. Pour cela, il s’inspire de ses nombreux voyages et de la diversité musicale que lui a transmis sa famille. Et céder sa chanson préférée à une Rihanna insistante ? Très peu pour lui ! Le DJ a su résister et garder le morceau « No Option » pour son album « Carte Blanche ».

 

5/ Comme un môme

Comme un môme qui a manqué dans son enfance, DJ Snake profite de la vie : un concert sur le toit de l’Arc de Triomphe, des voyages en jet privé, un peu de bling bling sur les réseaux sociaux. Comme un écho aux galères de sa maman qui l’a élevé seule, alternant les jobs de femme de ménage et de nourrice. 15 millions d’amis sur les réseaux sociaux et plus de 7 milliards de vues de ses clips sur YouTube plus tard, DJ Snake n’a jamais oublié d’où il venait.

 

Amandine Scherer

 

  • « Carte Blanche ». Album disponible.

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Happy Blur-day

St. Augustine : Soldiers

commodo sit neque. ut dolor dictum libero. consequat. ut