Jay Haze & ESB : Finding Oriya

Il semble que la deep house, courant spirituel, beaucoup plus downtempo que sa grande sœur, la house, connaisse une seconde jeunesse depuis quelques temps. Ce n’est pas la pire des nouvelles si cette régénérescence permet au grand public de s’éloigner un temps des diktats d’une « dance » actuelle assez « pompier ».
Nouvelle preuve de ce retour en grâce l’album de Jay Haze. Cet Américain a lâché la production pour jouer les globe-trotters du côté de l’Amérique du Sud. Peut-être voulait-il échapper à l’invasion US de l’EDM ? L’histoire ne le dit pas… Ce Finding Oriya ne brille pas par son originalité certes, mais là n’est pas le propos. En s’associant avec le Canadien Elan Belarock, Jay Haze s’aventure dans les contrées très balisées de la deep house (nappe ultra présente, petites percussions afro et voix noyée sous les reverb’ dub) tout en réussissant le tour de force à nous accrocher du début jusqu’à la fin de son album. On pense parfois au premier Silicone Soul ou aux productions des Wamdue Project mais le duo arrive à trouver ses propres teintes. Il faut savoir se perdre tout au long de ces dix titres qui prennent le temps de nous envouter (comptez pratiquement sept minutes par chanson) : le talent des deux musiciens surprend toujours l’auditeur. Un album très classe passé pour l’instant inaperçu. Soyez curieux et spirituels, ça ne fait jamais de mal…

Willy Richert

Découvrir :

Jay Haze & ESB – Finding Oriya (Original Mix)

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Two Kids on Holiday : cure de jouvence !

et, velit, Lorem vel, tristique odio quis,