Invité RIFFX : Stéphane Canarias raconte le Brive Festival

RENCONTRE – Chaque mois de juillet, le Brive Festival commence à prendre forme et à monter ses chapiteaux, ses scènes, loges etc. Mais à la suite de la crise sanitaire, l’événement corrézien sera finalement de retour en 2021, comme beaucoup d’autres manifestations musicales. Malgré cette période particulière, Stéphane Canarias – directeur de Festival Production et du Brive Festival – n’a pas dit son dernier mot et prépare quelques belles surprises pour le public cet été.

Bonjour Stéphane Canarias. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Stéphane Canarias, le directeur de Festival Production, la société qui produit le Brive Festival depuis sa création en 2004. Au départ, quand je créé ce festival, j’étais le directeur de l’Office de Tourisme de Brive. Notre volonté était de créer un événement au cœur de la saison estivale, qui permette de répondre aux attentes des touristes et de la population locale. Notre région n’était pourvue ni d’un festival, ni d’événements musicaux forts. L’idée était donc tout simplement de réunir un cocktail d’animations et d’activités au départ en journée, un peu sur le concept de Paris Plages. Au fil des années, on est passé d’un concert à deux, puis trois… Le festival a grossi. Le virage a été pris en 2017 avec l’arrivée des nouveaux actionnaires – le groupe Vivendi et le groupe Centre France – qui nous ont permis de donner un vrai coup d’accélération au développement du festival. Le Crédit Mutuel est arrivé la même année.

Suite à la crise sanitaire, quelle a été votre réaction quand vous comprenez que le festival sur lequel vous travaillez depuis des mois ne pourra avoir lieu sous sa forme habituelle ?

Au départ, on a eu du mal à prendre véritablement la mesure de ce qui nous arrivait. On a d’abord travaillé sur une tentative de report au mois de septembre. On avait réussi, avec l’accord des artistes, à reprogrammer l’intégralité du festival. Et puis les semaines ont passé… On s’est vite rendu compte que le phénomène allait perdurer et que ça allait être beaucoup plus compliqué qu’on ne le pensait. Fin avril on a pris la décision de reporter le festival à 2021.

Qu’est-ce qui est le plus difficile à accepter dans cette situation ?

Probablement le fait que cette crise, cette annulation, cette année blanche vient casser cette croissance que nous avions depuis trois ans. Elle est venue briser nos efforts. On avait déjà près de 70% de nos billets vendus, le festival allait afficher complet sans nul doute. Cette année blanche vient nous voler un petit peu le fruit de notre travail et c’est très frustrant. Aussi, à l’approche de l’été et de cet événement, on va le passer sans faire la fête, sans événements, sans concerts, ça va être dur à vivre.

Brive Festival fait partie des rendez-vous incontournables chaque année. L’idée de créer une alternative était évidente ?

On est le 3e festival de la Nouvelle Aquitaine. Aujourd’hui notre public fait en moyenne 200 kilomètres pour venir donc c’est un peu l’événement incontournable dans l’Est de l’Aquitaine. Nos patrons travaillent à Paris, Olympia Production avec Christophe Sabot, c’est lui qui a tenté de nous remotiver et qui nous a inspiré. Il nous a dit : « il faut faire quelque chose, il faut relever la tête, il faut penser à nos festivaliers, à nos fans ». On s’est donc remis autour de la table pour trouver les idées qui allaient nous permettre de créer un événement en partie digital.

A quoi peut-on s’attendre ?

Il n’y aura pas que du digital, on va proposer des concerts d’artistes en développement dans les cafés de la ville et on va tenter aussi de créer des événements un peu atypiques. On va notamment filmer des artistes corréziens, qui devaient jouer en première partie sur la grande scène du festival. C’est dans notre ADN, permettre à des groupes d’être découverts sur scène. Ils ont accepté qu’on les filme dans des lieux incontournables de la Corrèze, des lieux touristiques, un peu magiques, des écrins de notre territoire.

Quels sont les temps forts que vous attendez le plus ?

Il me tarde de voir ces jeunes jouer et retrouver une ambiance de terrasses de cafés animées, qu’il se passe quelque chose autour du Brive Festival, c’est important pour nous. Et entendre les premières notes de musique en live.

La question pratique : où faut-il aller pour assister à cette version du Brive festival ?

C’est très simple : soit sur le site officiel du festival ou alors peut être encore plus simplement, notamment pour voir les lives, sur la page Facebook du Brive Festival. Les internautes pourront retrouver en direct toutes les actualités et les contenus que nous distillerons durant ces quatre jours.

Charger plus d'actualités...
in venenatis, elit. lectus mattis libero. ut commodo