Herbert : « The shakes »

Matthew Herbert est un génie méconnu, capable dans ses disques de retracer l’histoire d’un cochon de sa naissance à sa mort (si, si) ou d’utiliser une boîte de Coca, de la détruire pour sampler le son et d’en faire une rythmique pour une improvisation lors de ses lives. Certains de ses titres font partie du patrimoine électro (« Café de Flore », par exemple), mais depuis quelques temps on avait perdu l’artiste derrière le militant anti-mondialiste. On redécouvre donc avec plaisir le Herbert des premiers albums où l’excellent mélodiste mariait jazz, house syncopée et pop avec maestria. « The Shakes » est un album pour amateur d’électro racée et mûre, très loin des clichés de la dance actuelle : une sorte de pop 3.0, qui nous rappelle que les grands artistes renaissent toujours.

Willy Richert

Découvrir :

Herbert – Middle

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
accumsan justo in facilisis Lorem ut ante. elementum