Crack The Box : l’art de la synthèse électro-pop

Issu du monde de l’acid jazz, David Benda (fondateur de Crack the Box) présente son premier projet solo de pop électro groove. Entre Pink Floyd et Daft Punk, découvrez l’univers atypique de Crack The Box !

De l’ombre à la lumière

Crack The Bock est né quand David Benda a choisi de sortir de l’ombre ! Se sentant à l’étroit dans un univers confiné de side man consciencieux et discret, le claviériste parisien a abandonné son rôle d’accompagnateur pour celui de créateur avec Crack The Box.

Cela fait déjà 20 ans que David traine son clavier Fender Rhodes dans le monde de la pop et de l’acid jazz. Il aura donc fallu deux décennies pour que le quadra, père de deux enfants, se décide enfin en 2013 à prendre en main son destin musical.

Passage à l’acte !

Le passage à l’acte sur a été déclenché par la création de son premier titre électro pop News, écrit en hommage à Electric Light Orchestra. A partir de cette première tentative, tout s’accélère. David a fait appel à son réseau de musiciens constitué durant toutes ces années pour l’aider à monter une formation basse, batterie, guitare, clavier, et commence à constituer son répertoire. Crack The Box est né, avec comme seule règle de faire de la musique telle qu’elle vient, sans préjugé ni calcul.

Ainsi, loin de rester enfermé dans l’univers pourtant familier du jazz, David a ouvert la boîte de pandore musicale pour créer un style très personnel, entre électronique, groove, et pop, où tout est permis !

« Du coup, on a du mal à se définir » reconnaît-il estimant toutefois que « électro pop groove » est le qualificatif le plus satisfaisant. Il cite comme référence Electro Deluxe, Pink Floyd, Roy Ayers et Daft Punk, mais aussi Metronomy, The Rapture, Arcade Fire, Poni Hoax, Nasser, le groupe d’électro pop japonais Einleit, Joy Divison ou encore les légendaires Kraftwerk.

Ce grand écart musical est déjà gravé sur News, War is Over, Some Times et Broken Boy… impossible de tout mettre dans une seule case.

Les textes des chansons aussi sont affranchis des formats habituels. « Ils découlent des sonorités et du rythme imposés par la musique. Du coup nos textes sont très courts, mais pas vides de sens ». Le titre Broken Boy parle d’un homme vient de perdre sa femme, War is over dénonce la guerre perpétuelle. « S’il y a 5 phrases pour tout dire, ça nous va ! » résume le fondateur de Crack The Box.

Des projets ambitieux

Un paquet de maquettes en stock, le jeune groupe a déjà des projets plein les tiroirs. David Benda n’a pas lâché son travail dans le web et la communication, mais il espère vivre un jour de sa musique. Méthodiquement, le musicien construit l’avenir. « Pour le moment Crack The Box est concentré sur la musique, et la création… nous n’en sommes qu’au début. Puis nous aurons besoin du soutien de labels ou de distributeurs pour accélérer le projet » anticipe David.

Le groupe a bien sûr vocation à jouer en public. Crack the Box prévoit d’ailleurs de monter un live pour 2015: « Nous avons déjà eu des propositions pour donner des concerts, mais c’est encore trop tôt. Nous devons réadapter tous les titres pour la scène. On ira quand on sera prêt ! » affirme avec sagesse le vieux baroudeur du live. D’ici là, un album est en préparation pour le 1er semestre 2015, et les morceaux à déguster sans modération sur soundcloud et Riffx.fr !

Découvrez l’univers de Crack The Box sur Riffx.

Découvrir :

CRACK THE BoX – News

Portrait chinois de David Benda, leader de Crack The Box

Si vous étiez une chanson ? « Breath In The Air » de Pink Floyd.

Si vous étiez un animal ? Un ours, parce que c’est mon état d’esprit en ce moment.

Si vous étiez un objet ? Une boîte ! On ne sait jamais ce qu’il y a à l’intérieur… du coup on peut tout imaginer.

Si vous étiez un instrument ? Un clavier, mais pas n’importe lequel. Un Fender Rhodes, évidemment !

Votre Top 5 des artistes

• Electro Deluxe
• Snarky Puppy
• Jamiroquai
• Metronomy
• The Rapture

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...
tristique felis ipsum consectetur Lorem ut id fringilla adipiscing leo.