Coldplay : A Head Full Of Dreams

Nous sommes très loin de « Parachutes » et de son titre Yellow, encore aujourd’hui l’un des tubes interplanétaires du quatuor anglais. Très loin de ce qui avait consacré Coldplay au sommet. Déjà parce que quinze années séparent ce premier album et le septième sorti en ce début de mois de décembre. Mais également parce qu’en guise de rock il ne reste plus que quelques guitares et une certaine envergure dans la voix de Chris Martin. Des hymnes pop, des teintes de r’n’b, des séquences funk, de l’électro de dance floor, de l’épique et du mélodramatique, tout ici est destiné à faire chanter à tue-tête les océans remplis de fans. Et cela tombe bien puisque, si l’avant dernier, « Ghost Stories », n’avait pas donné naissance à une tournée là, c’est bien un enchaînement des stades qui est prévu pour les lives.
Il n’y a guère que la ballade piano-voix Everglow (dont le texte est signé de l’actrice Gwyneth Paltrow, ex-compagne du chanteur), qui fleure encore ce que l’on connaissait des standards passés de Coldplay, mais version pâlichonne. Pour le reste, tout est fabriqué de ficelles plus ou moins bien tirées, plus ou moins grosses, plus ou moins charmantes. Il y a là pléthore de couleurs et de genres, un gros mélange d’idées et une foison de noms comme la collaboration avec Noël Gallagher, le duo avec Beyoncé, celui avec la suédoise Tove Lo… il y a même un sample de Barack Obama chantant Amazing Day en fin d’une plage interlude au titre de Kaléidoscope qui aurait finalement très bien pu être celui de l’album. Mais en guise de palette de peintre on a souvent l’impression d’un étalage parfois un peu toc, souvent un peu vide. Il faut être aficionados ou avoir la patience de multiples écoutes pour passer l’agacement et découvrir que Birds tire allègrement ses marrons du feu, entendre pleinement l’intéressante plage cachée (bizarrement placée après le huitième morceau), convenir que le morceau agrémenté du featuring avec Beyoncé (Hymn For The Weekend) est d’une sacrée efficacité et s’accroche bien aux cerveaux. Pour le reste il faudra attendre le renouveau promis par Chris Martin qui assure que ce septième album marque la fin d’une période pour le groupe.

Marjorie Risacher

Découvrir :

Coldplay – Adventure Of A Lifetime

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...