Archive : Restriction

Darius Keeler et Dany Griffiths sont décidément les Anglais les plus prolifiques qui soient. À peine un an après la sortie d’« Axiom », les voilà de retour avec « Restriction ». Ce onzième album en presque vingt ans de carrière avait déjà été annoncé il y a quelques semaines avec la sortie simultanée de trois de ses titres. Une démarche voulue par le collectif pour ne mettre aucune facette en avant. Et il faut bien avouer que résumer l’album en un seul morceau était impossible tant il est polymorphe.

« Restriction » a la gravité des thèmes sociaux si chers à Archive, la profondeur des constructions complexes, l’intelligence des tailleurs de pierre. Et pourtant le cocktail mélange le sucre et le poivre, la pêche et le citron. Le tout commence par un rock presque pur jus, s’enchaîne par des plages électro parfois à la limite de l’indus dans les rythmiques, passe par des titres planants et suaves… Ceux, qui d’habitude, nous proposent des ambiances plus monolithiques selon les disques ont donc cette fois opté pour un éclectisme déroutant à la première écoute. Et pourtant, et c’est bien là le pouvoir de magicien d’Archive, dans cette folle course décousue ils sont reconnaissables de la première à la dernière note. Peut-être parce que pendant ces deux décennies ils nous en avaient déjà proposé tous les ingrédients. Peut-être parce que leur signature est si forte qu’elle traverse les genres. Du plus classique au plus étonnant de leur part, les douze chansons s’empilent comme des cubes aux différentes couleurs en une tour instable qui ne tombe pourtant jamais. Tantôt on s’y réjouit, tantôt on s’y ennuie. Tantôt on y bouge, tantôt on y rêve. Mais on s’y complaît. Play et replay.

Marjorie Risacher

Découvrir :

Archive – End Of Our Days

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Kid Koala. Blues 2.0

Bloc Party : Hymns

Kanye West : Yeezus

ut dapibus libero. amet, commodo elit. suscipit libero quis Donec luctus mi,