Aphex Twin : un « Syro » très digeste !

Lundi 8 septembre, la presse musicale était conviée au très sérieux IRCAM pour découvrir, après 13 ans d’absence, Syro le nouvel album d’Aphex Twin. Le génie irlandais est devenu culte grâce à sa musique avant-gardiste déstructurée (Come to Daddy, 1997 et Windowlicker, 1999), sa collaboration avec le vidéaste Chris Cunningham, ses innombrables pseudos et sa légendaire discrétion. C’est donc avec fébrilité et excitation, dans une salle concentrée à l’extrême, devant le logo Aphex Twin projeté sur un écran que nous avons retrouvé une décennie plus tard un artiste plus apaisé, gagnant en mélodie (c’est relatif) et assagi (trop ?). Malgré la qualité sonore limite pour un tel artiste et un tel lieu, Riffx a demandé aux auditeurs présents, célèbres ou pas, ce qu’ils en pensaient !

Manaré (22 ans). Responsable de Rinse.fr

« J’ai fermé les yeux durant toute l’écoute et je suis parti loin. C’est incroyable à quel point cette musique peut évoquer des paysages, des voyages intérieurs. J’aime ce mélange de mélodie et de vitesse. Syro donne à réfléchir sur la structure classique des morceaux électro produits aujourd’hui : Aphex Twin arrive a déstructurer les morceaux de manière incroyable. Quand on croit que le titre va se finir, d’un coup il rebondit et part ailleurs. C’est très fort ! »

Sarah (26 ans). Bloggeuse « Les Petites Chroniques »

« J’ai bien aimé ce que j’ai entendu même si parfois c’était un peu trop techno-industriel à mon goût. J’ai préféré la seconde partie de l’album. J’ai découvert Aphex Twin grâce au français Black Devil Disco Club que j’ai interviewé et qui a été signé sur le label de l’Anglais Rephlex. Ce mec est un génie car Syro va satisfaire tout le monde ! C’est un coup de marketing génial ! »

Ghislain (26 ans). Radio Campus

« Je dois l’avouer, je suis arrivé en retard ! Je n’ai donc bu que la moitié de la bouteille de Syro. J’adore les séquences rythmées, ça s’écoute très bien ! On sent quand même l’influence très forte de Windowlicker. Les années 1990 sont de retour chez Warp (Ndr : le label d’Aphex Twin) avec le duo écossais Boards of Canada et Twin, même si je trouve ce retour plus réussi que celui de Boards ! »

Pedro Winter, alias Busy P. (jeune papa) ex-manager des Daft Punk et fondateur du label Ed Banger (Justice, SebastiAn, Feadz…)

« Super agréable mais pas mieux que Windowlicker ! Je n’ai jamais été un fanatique de son coté christique. Je suis moins sensible à ses travaux qu’en 1999. À cette époque, il produisait la musique de 2014, c’est donc normal qu’en 2014 il fasse la musique d’aujourd’hui… Maintenant est-ce que les artistes doivent toujours être en avance ? Certains oui ! Lui, comme les Daft Punk, font parti de ces talents dont on attend tout le temps qu’ils inventent quelque chose ! Ça a été la critique principale formulée à l’encontre des Daft à la sortie de RAM. La nouveauté je la trouve plutôt chez un jeune anglais de 22 ans comme Redinho. C’est normal que les jeunes prennent la place des « vieux » ! C’est le cycle normal des choses. J’ai souvenir d’avoir croiser Aphex Twin au Sonar en 1997 et de lui avoir couru après pour lui présenter les Daft Punk : je m’étais pris un énorme vent ! »

Willy Richert

Découvrir :

Aphex Twin – Minipops 67 [120.2] [Source Field Mix]

Aphex Twin – Window Licker

Sur le même sujet

Charger plus d'actualités...

Singtank

elementum id, felis luctus fringilla Sed ut ultricies dolor