Votre navigateur actuel n'est pas compatible avec RIFFX ! Nous vous conseillons d'utiliser un autre navigateur comme Chrome ou Firefox.

À LA MAISON Ep.43 : interview de Hervé

Il a fait les premières parties de Clara Luciani et Eddy de Pretto, il a écrit pour Johnny Hallyday, il a failli être footballeur professionnel… Rencontre avec Hervé, jeune chanteur qui mélange textes percutants et sons électroniques !

Hello RIFFX, c’est Hervé.

 

Hello Hervé, t’es où ? Tu fais quoi ?

 

Je suis dans ma loge, à l’Olympia.

 

 Auteur sur le dernier album de Johnny ?

 

Je passais pas mal de temps en studio à faire des remixes, à traîner un peu quoi. J’étais au studio de Yodelice et il partait faire écouter de nouvelles chansons à Johnny, mais il lui manquait des textes, et du coup il nous a proposé d’essayer. Il a écouté le mercredi et il a posé le jeudi, donc voilà. C’est une vraie chance. Après le succès du disque, je n’y suis pas pour grand-chose, c’est 51 disques, c’est un monstre, donc j’étais juste hyper honoré d’avoir participé à ça et puis que ça lui ait plus.

 

 Puis les 1ere parties d’Eddy de Pretto ?

 

Oui, j’ai eu la chance qu’Eddy m’invite ici même à l’Olympia. J’ai ouvert les deux soirs pour lui et c’était juste incroyable et ensuite il m’a dit : « Viens faire la tournée des Zénith ». C’est une expérience folle où il y a 5000, 6000, 7000 personnes, en plus lui il a un succès fou, du coup les salles étaient pleines. C’était une expérience incroyable.

 

 Présente-nous « Hyper » ton 1er album ?

 

J’ai voulu faire un album assez solaire, en fait j’ai ouvert un peu les fenêtres, j’ai voulu que ça tape quand même mais qu’on puisse danser et qu’on puisse bien identifier chacune des émotions. Donc il y a des ballades, il y a des titres dansants. Voilà, je voyais vraiment l’album avec l’intensité la plus forte possible.

 

 « Hyper » : pourquoi ce titre ?

 

Parce que je suis hyper tout, tout le temps. Je vais hyper bien, hyper mal, je suis hyper content, je suis hyper surpris et je ressens tout puissance 1000, donc quand je cherchais un nom pour l’album, c’est l’adjectif qui m’est venu.

 

 Comment décrire ton univers ?

 

J’ai souvent à cœur de dire que je fais de la chanson électronique. Je crois que ce sont des moments de vie, des émotions comme ça qui nous traversent, puis j’écris des petites notes dans mon téléphone. J’ai des fantasmes de production qui m’habite au fur et à mesure de musiques que j’écoute, anglo-saxonnes, électroniques où de la chanson française et au bout d’un moment ça sort.

 

 T’as besoin d’autonomie ?

 

Dès que j’ai appris à faire du son comme ça avec mon ordinateur, mon clavier à faire mes productions. Donc du coup, je m’enregistre, je compose, j’écris puis je produis dans la foulée à chaque fois. C’est un peu une déformation professionnelle.

 

 Toi l’ancien footeux, quel parallèle avec la musique ?

 

Le fait de se déplacer en train et maintenant en équipe comme j’ai des musiciens sur scène, il y a la préparation aussi, il y a l’adrénaline assez forte et tes rendez-vous à chaque concert, c’est le coup d’envoi quoi et moi j’aime tellement ça.

 

 La suite ?

 

C’est deux tournées cet hiver et de faire un maximum de concerts et défendre le disque le plus longtemps possible autant qu’on peut.

 

 Merci Hervé ! Un bisou (de loin) !

Charger plus d'actualités...
elit. eget sem, tempus mattis elit. ipsum leo Donec lectus